Rechercher
  • Pirateries

Mousse isolante

Mis à jour : avr. 19

Un texte de Maxime Couroux


Cher journal, C’est l’hiver, nous sommes en plein mois de février. C’est la Saint Valentin, pour être exact. Cette fête inutile, juste assez bouche-trou qui s’incruste subtilement entre Noël et Pâques pour me rappeler mon envahissante solitude. Ce soir-là, j’ai compris que tous les chocolats seraient en rabais dans toutes les pharmacies du Plateau Mont-Royal à mon douloureux réveil. J’ai compris que les enfants du quartier feront des crises à leur mère monoparentale afin d’avoir les dernières tablettes de chocolat au lait qui traineront maladroitement dans la rangée des serviettes hygiéniques parce que la cliente d’avant s’est mélangée dans l’amertume de son coeur martelé par un chagrin beaucoup trop lourd à porter un soir de fête. J’ai compris que la SAQ du coin afficherait les vins rouges à 7$ la bouteille sur les premières rangées pour réveiller les hommes incapables de satisfaire leur femme les 364 autres jours de l’année. J’ai compris qu’ils prendront la première carte trouvée sur le comptoir du Couche-Tard entre deux appels professionnels. J’ai compris qu’ils passeront une belle soirée jusqu’au moment inopportun d’avouer à Stéphanie que Claude n’a pas acheté de préservatifs. Elle lui dira de quitter l’appartement. Ils se chicaneront et Claude lui avouera qu’il l’a trompé avec sa soeur Julie âgée de dix ans de moins qu’elle. Des assiettes se casseront dans le logement du sous-sol et des amoureux se retrouveront inconnus l’un pour l’autre.


J’ai compris que je passerai la soirée seul à tenter de gagner une partie de Scrabble avec moi-même; à essayer d’inventer des mots qui me convaincront de mon intelligence superficielle. J’ai compris que la neige ne cesserait de tomber, qu’elle continuerait de m’agacer. J’ai compris que les films français ne m’impressionneront probablement jamais. J’ai compris que les États-Unis c’est rien que d’la grosse bullshit pré-digérée. J’ai compris que je ne gagnerai probablement jamais au Loto 6-49, parce que je n’ai jamais acheté de billet. J’ai compris que la gratuité scolaire fait office d’abattoir pour ces jeunes en manquent de barres protéinées à 8$ l’unité à la boutique bio du coin beaucoup trop aisée pour les accommoder. J’ai compris que le miel que les abeilles butinent n’est pas aussi équitable que les commerçants le prétendent. J’ai compris que les trips d’acide c’est out depuis 2006. J’ai compris que notre population actuelle est plus susceptible de s’injecter du lait d’amandes sans sucre dans les veines que de se piquer à l’héroïne. J’ai compris que les enfants ont arrêté de fabriquer des bonhommes de neige depuis la Guerre de Sécession. J’ai compris que les films d’amour à gros budget servent juste à nous faire acheter de la crisse de crème glacée Ben & Jerry’s à dix piasses le pot de 120ml. Ce que à quoi je salue mon amie l’inflation. J’ai compris que j’ai oublié d’arroser mes plantes pis de nourrir mon chat depuis les quatre derniers mois parce que la fin de session m’est tellement rentrée dedans que j’en ai perdu connaissance. J’ai compris que le compte d’hydro ne va pas se payer par lui-même. J’pense que le monde est pas encore rendu-là, faut croire. J’ai compris que les enfants n’arrêteront pas de faire des crises à l’épicerie parce que Nathalie, jeune femme et mère au foyer de la Rive-Sud demande gentiment à Olivier de cesser de crier pour la 101 fois.


J’ai compris que prendre des bains à l’huile essentielle de rosier quand t’es tout seul depuis l’arrivée du tout premier livre de recettes pour « micro-ondes » n’arrivera pas à faire revivre ta libido comme quand t’avais 14 ans. Quand c’est rendu que voir de la vaisselle propre t’excite, c’est là que tu ne te demandes pas si prendre un bain au Clorox ne t’aidera pas à retrouver ta peau d’avant; celle avant les rides pis le soleil des Teletubbies. J’ai compris que les gens qui achètent leur jambon en canne pis leur maïs déjà pré-cuit chez Dollorama c’est pas qu’ils veulent vraiment manger ça. Sont pas cons. Ils le savent que ça goûte l’osti de marde. Ils le font parce que c’est tellement mauvais qu’ils en oublient leur malheur durant la digestion. J’ai compris que les p’tits snobes de McGill ont pas choisis d’être comme ils sont. C’est leur parent qui vivent leur rêve de faux médecin dans un corps et une vie qui ne leur appartient pas. J’ai compris que pendant que j’écrivais dans mon journal, j’ai oublié d’éteindre mon four. Je viens de chier mon souper de Saint-Valentin pour une personne. J’ai compris que je vais finir mon 1L de Nicolas Laloux en regardant une histoire d’amour qui ne finirait jamais comme elle se terminerait dans la vraie vie. J’ai compris que je vais me réveiller pis que février sera toujours pas fini, que les rescapés de l’amour s’aimeront encore un peu plus qu’hier, que la ligne verte sera encore en arrêt complet parce que oui, les SDF sont en couple pis le seul moyen logique qu’ils ont trouvé pour apaiser leur chagrin, c’est de sauter devant le métro de la station BERRI. Y fait frette, à soir. Faut croire que mon petit 1 ½ est mal isolé, y manque de laine.


Bonne Saint-Valentin à toi, cher journal.

0 vue

© 2023 par L'Artefact. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now